Musée virtuel du Canada
Jardin botanique de Montral 
Centre d’étude de la forêt

Transcription du clip vidéo Petit semis deviendra grand - Croissance

Retour au clip vidéo


Comprendre l'arbre!

Représentation graphique d'un érable basée sur un modèle mathématique de croissance

© Philippe DeReffye
C'est un érable.

Voici un modèle mathématique de croissance d'arbre.

Il n’est pas aussi beau que ceux d'Hollywood, mais il possède un point fort : le réalisme scientifique.
C'était un érable.


Ce modèle a comme vedette un conifère, ce qui signifie que le modèle mathématique de croissance doit être radicalement différent du précédent, un feuillu.
C'est un pin.

Les scientifiques élaborent des modèles mathématiques de croissance des arbres de plus en plus raffinés. Seraient-ils à la recherche du Graal végétal?

En développant des matrices de plus en plus réalistes, les chercheurs tentent de comprendre l'arbre et les réactions de son développement face aux facteurs environnementaux.
Un modèle précis et généralisable serait utile en agriculture, en écologie, en sylviculture, en foresterie urbaine...
Notre modèle était un sapin de Douglas.

Représentation graphique d'un caféier basée sur un modèle mathématique de croissance

© Philippe DeReffye
C'est un caféier.

Voici un caféier, une plante arborescente aux troncs multiples qui n'entre pas dans la définition classique de l'arbre. Le modéliser, c'est un tout nouveau casse-tête!

Comme le caféier nous fournit une ressource commerciale très prisée, le jeu en vaut la chandelle.

Quelles conditions donneront le plus de grains ? Un bon modèle peut le prédire.

Représentation graphique des différents âges physiologiques d'un peuplier

© Philippe DeReffye
Les parties de ce peuplier ont des âges différents.

Pour comprendre la croissance des arbres, il faut les visualiser comme une colonie.
En bleu, le tronc. En vert, les branches maîtresses. En rouge et jaune, les rameaux.

Chaque partie de l'arbre possède un âge physiologique différent. Du bleu vers le jaune, l'âge augmente.

Les parties de l'arbre sont divisées d'après leur âge.

C’est le tronc qui est le plus vieux...
suivi de près par les branches maîtresses.
Enfin, les rameaux longs et courts ferment la marche.


Par exemple, on dit que cet épicéa de Norvège a 9550 ans.
Pourtant, son tronc, une repousse, n'a « que » 600 ans.
Et ses branches? Un siècle, peut-être? De jeunes adolescentes!


Retour au clip vidéo