Musée virtuel du Canada
Jardin botanique de Montral 
Centre d’étude de la forêt

Transcription du clip vidéo Écosystèmes forestiers

Retour au clip vidéo


Genèse des écosystèmes forestiers québécois contemporains

Les écosystèmes forestiers québécois ont été façonnés par des glaciers, lacs et mers aujourd'hui disparus...
mais aussi par la succession des climats, par l'importance des feux et par les épidémies de ravageurs.

Dessin d'un glacier continental sur le sud du Québec, il y a 12 500 ans

© Jardin botanique de Montréal
Un glacier continental recouvre le Québec.

Il y a 12 500 ans, le Québec est recouvert d'un énorme glacier continental, un inlandsis.

Des vents froids soufflent de l'inlandsis vers les terres...
et des eaux glaciales de la mer de Champlain s'écoulent vers l'Atlantique.

Ce climat empêche les arbres de s'établir dans l'est du Québec. Seuls des arbustes sont présents.
La région est une toundra herbacée, semblable aux paysages de régions arctiques ou alpines.

Il y a 10 000 ans, les eaux de fonte de l'inlandsis laurentidien créent le lac Barlow, au Témiscamingue.
L'été y est clément. Plusieurs arbres thermophiles profitent de ce microclimat pour s'y installer.
Près du lac Témiscamingue, on peut encore observer les vestiges de ce mélange original de plantes.

Au sud du mont Tremblant, en Outaouais et en Moyenne-Mauricie, le climat froid et sec favorise les incendies fréquents.
Des tremblaies y survivent grâce aux feux qui tiennent la compétition en respect.
Mille ans plus tard, les épinettes noires les supplanteront.

Dessin de la colonisation du sud du Québec par les érables

© Jardin botanique de Montréal
En jaune, la zone de distribution des érables dans le sud du Québec

Les érablières à bouleau jaune s'établissent dans le sud du Québec.

Mais l'érable à sucre colonise au même moment beaucoup plus au nord...
au lac Saint-Jean, précédemment recouvert par les eaux de la mer de Laflamme.

Des peuplements d'érables à sucre y survivent à ce jour dans la région.


À la même époque, les terres au sud du glacier sont envahies par plusieurs arbres et arbustes.
C'est pratiquement la composition de la forêt boréale actuelle.

Dessin de la zone de distribution de la taïga arbustive au Québec, il y a 6000 ans

© Jardin botanique de Montréal
La taïga arbustive, en jaune

Il y a 6000 ans, les glaces ont presque disparu. L'été est un peu plus chaud qu'actuellement.
Il y a plus d'arbres et d'arbustes dans cette taïga arbustive que dans notre taïga contemporaine.

Peut-être grâce à un sol plus riche en éléments nutritifs ou à des feux moins fréquents...


Il y a 5500 ans, la pruche est abondante à Montréal.
Jusqu'à ce qu'une infestation phénoménale d'un papillon décime les prucheraies de l'est de l'Amérique du Nord.

Il y a 4000 ans, le Québec est finalement libéré des glaces.
À cette époque, l'Abitibi-Témiscamingue est peuplé de thuyas.
L'augmentation graduelle de la fréquence des feux de forêt sonnera toutefois le glas de ces cédrières à sapins.

Ainsi, sous leur forme actuelle, les écosystèmes forestiers québécois ne sont âgés que quelques milliers d'années.

De vraies jeunesses!


Retour au clip vidéo