Musée virtuel du Canada
Jardin botanique de Montral 
Centre d’étude de la forêt

Transcription du clip vidéo Une forêt renouvelée

Retour au clip vidéo


Régénération de forêt boréale : le feu, bénéfique pour la forêt

Photo de Jan Volney, chercheur scientifique au Service canadien des forêts

© Service canadien des forêts, Ressources naturelles Canada
Le Dr. Jan Volney, chercheur scientifique au Service canadien des forêts

Il y a un mythe à propos de la forêt boréale, qu’elle est comme une cathédrale et ne change pas.

Mais, en fait, parce qu’elle est une communauté d’organismes vivants, avec plusieurs espèces impliquées, il y a ce changement constant qui s’y produit.

La forêt boréale est une forêt façonnée par les perturbations, alors avoir des perturbations pour permettre le renouveau est extrêmement important.


Ceci permet à d’autres arbres de peupler et de prospérer dans la forêt boréale.
Et donc, ce processus constant de renouvellement et de mort est une caractéristique de cette perturbation, qu’on voit si communément dans la forêt boréale.
Cela structure la forêt, et cette diversité-même supporte la biodiversité.

Photo d'un feu de forêt, vu du sol

© Service canadien des forêts, Ressources naturelles Canada
Un feu de forêt

Une perturbation naturelle : le feu

Le feu est bon pour la forêt boréale. Il rajeunit la forêt.
Il fait partie des processus naturels.

Photo de Martin Alexander, Service canadien des forêts

© Service canadien des forêts, Ressources naturelles Canada
Le Dr. Martin Alexander, expert principal, comportement des incendies, Service canadien des forêts

Eh bien, le feu dans la forêt boréale a des rôles multiples.

Premièrement, il affecte la végétation forestière, sa structure et sa composition.

En retour, cela influencera la répartition et les populations sauvages, ainsi que les insectes et pathogènes forestiers.


Le pin gris et le pin tordu sont probablement les exemples les plus classiques.
Leurs graines sont entreposées dans des cônes, et sont uniquement libérées lorsqu’ils sont exposés aux flammes et à la chaleur d’un feu de forêt.
Et, parce que les graines sont libérées, cela recommence une nouvelle forêt.

D’un point de vue des interactions entre le feu et la vie sauvage, un bon exemple de quelque chose de bénéfique pour la vie sauvage serait le cas des orignaux.
Ils dépendent de jeunes forêts de peupliers faux-trembles, car les forêts de peupliers plus âgées ne sont simplement pas accessibles comme sources de nourriture.
Donc, quand un feu brûle une forêt de peupliers, il déclenche un processus de pousses, de jeunes pousses, qui sont accessibles comme source de nourriture pour les orignaux.


Cette perturbation est essentielle à la forêt boréale.
Plusieurs peuplements sont si jeunes qu’ils ne dépasseront jamais un certain âge, sur terre.
Quelques-uns durent très longtemps dans le paysage.
Donc, ce que vous voulez faire, c’est de maintenir cette balance.

Mais l’idée que ces peuplements resteront dans cette condition à jamais est un mythe.
Ça n’arrive pas.



Retour au clip vidéo