Musée virtuel du Canada
Jardin botanique de Montral 
Centre d’étude de la forêt

Transcription du clip vidéo La lumière dans la forêt

Retour au clip vidéo


Compétition fratricide en pinède

Cinq graines de pins germent tout près les unes des autres.

Représentation graphique de semis de pins basée sur un modèle mathématique

© Risto Sievänen, Jari Perttunen, Finnish Forest Research Institute (Metla)
Les semis de pins cohabitent sans problème.

Les premières années, les semis sont petits. Leurs feuillages peu imposants cohabitent sans problème.

En grossissant, les branches se rejoignent et empiètent les unes sur les autres.



Plus les années passent, plus la cohabitation devient problématique. Leurs feuillages se portent mutuellement ombrage. Les arbres recueillent moins de lumière.

Pour éviter l'ombre, les pins poussent tout en hauteur. Ils élaguent leurs branches basses, qui ne recueillent pas assez de lumière.

Les feuillages sont maintenant complètement imbriqués les uns dans les autres. La situation n'est plus supportable.

À 13 ans, les pins du centre prennent un retard de croissance. Par leur position, tous leurs voisins leur portent ombrage.
Ces pins grossissent donc moins vite que leurs voisins, ce qui les repousse encore plus dans l'ombre.
C'est un cercle vicieux qui ne peut avoir qu'un inévitable résultat.

Un des pins de l'animation a disparu : il a succombé.
Il est vite rejoint par le deuxième pin du centre.

Les survivants ont une silhouette élancée. C'est le résultat direct de la compétition forestière pour la lumière.
En forêt fermée, les pins présentent ainsi cette forme tout en hauteur.

Représentation graphique de pins et quelques lignes de code du modèle mathématique utilisé

© Risto Sievänen, Jari Perttunen, Finnish Forest Research Institute (Metla)
Les pins sont générés par un modèle mathématique.

Cette simulation tient compte de plusieurs facteurs : la croissance générale des pins, la quantité de lumière qui parvient aux différentes parties du feuillage et la quantité de lumière qui est absorbée par les feuilles.

Ainsi, ces pins sont très différents, même s'ils sont construits à partir du même modèle mathématique.


Retour au clip vidéo