Musée virtuel du Canada
Jardin botanique de Montral 
Centre d’étude de la forêt

Transcription du clip vidéo Le vivant et la forêt

Retour au clip vidéo


Le réseau trophique du Mont St-Hilaire

913 espèces, 7998 liens inter-espèces... et beaucoup d'efforts!

Pour visualiser la complexité des relations du réseau trophique du mont St-Hilaire, les chercheurs se sont attelés à la tâche...

Représentation graphique d'un réseau trophique

© Lael Parrott
Le réseau trophique du Mont St-Hilaire

Le réseau comprend, en espèces : 389 plantes vasculaires, dont 38 espèces d'arbres, 213 mousses, 157 oiseaux, 54 lichens, 42 mammifères, 12 amphibiens, 8 poissons et 3 reptiles.

Chaque noeud représente une espèce spécifique, reliée d'un trait avec ses proies et prédateurs possibles.

Les nœuds bougent, car le programme cherche constamment à optimiser les positions respectives de chaque espèce.

Représentation graphique d'un réseau trophique simplifié

© Lael Parrott
Interactions entre les érables du Mont St-Hilaire et les animaux du milieu


Il est aussi possible d'étudier une version simplifiée du réseau trophique. Ici, les érables présents sur le Mont St-Hilaire interagissent avec 28 espèces animales différentes.
Parmi ces animaux, on trouve le cerf de Virginie, l'écureuil gris, le jaseur d'Amérique, la mouffette rayée, la marmotte commune et le colibri à gorge rubis.

Et bien qu'il n'y ait que deux espèces de pins sur le Mont St-Hilaire, contre six espèces d'érables, les pins comptent autant d'interactions que les érables.


En modifiant les paramètres de leur programme, les chercheurs ont observé que l'extinction d'une espèce liée à beaucoup d'autres entraîne une désintégration rapide du réseau.
Le modèle informatique démontre donc le rôle important de ces espèces clés dans le bon fonctionnement de l'écosystème.

Cette modélisation d'un réseau trophique peut ainsi être utilisée pour la gestion et la restauration de milieux naturels.


Retour au clip vidéo