Musée virtuel du Canada
Jardin botanique de Montral 
Centre d’étude de la forêt

Choisir le sexe de son arbre

L’érable rouge a des fleurs qu’on dit « différenciées » : certaines fleurs sont mâles et ne portent que des étamines (Structure mâle de la fleur portant le pollen.), d’autres sont femelles et n’ont que des pistils (Organe femelle des fleurs.). Mais le même érable porte les deux types de fleurs : c’est un arbre monoïque (Se dit d'une plante à fleurs dont les individus sont bisexués.). Est-ce toujours le cas?

Le frêne d’Amérique a choisi de séparer ses populations mâles et femelles. C’est la ségrégation des sexes! Ce frêne ne porte que des fleurs femelles ou des fleurs mâles, jamais les deux : c’est un arbre dioïque (Se dit d'une plante à fleurs dont les individus sont unisexués.). Mais attention! Le frêne noir, lui, est parfois dioïque, parfois monoïque. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

Montage photo de fleurs mâles et de fleurs femelles d'un érable rouge (Acer rubrum)
Acer rubrum
© Jardin botanique de Montréal (Robert Mineau)

Un arbre qui ne porte que des fleurs mâles ne fera jamais mûrir de fruits. Grâce à cette économie d’énergie, il peut investir davantage de ressources dans sa croissance et dans la production de pollen. Cela peut aussi être utile en aménagement paysager : certains arbres portent des fruits... qui puent! Dans ce cas, il suffit de planter des arbres « mâles ».