Musée virtuel du Canada
Jardin botanique de Montral 
Centre d’étude de la forêt

La multiplicité d’une feuille unique

Observez bien cette feuille. Laquelle? Il n’y en a qu’une seule! C’est une feuille… composée. À l’œil non averti, on dirait plusieurs feuilles posées sur une branche, mais, au sens botanique, c’est une feuille composée. Ces petites feuilles sont en réalité des folioles; cette petite branche et ces pétioles sont plutôt le rachis, un pétiole principal et de petits pétiolules.

Feuille simple et pétiole sur un rameau ou foliole et pétiolule d’une feuille composée? C’est le bourgeon qui fournit la réponse. Le pétiole a un bourgeon compagnon à l’endroit où il s’attache à la branche. Le pétiolule, relié au pétiole, n’en possède pas. Pour observer la différence, cliquez sur le bouton Dictionnaire visuel.

Photo d'une feuille composée de frêne rouge (Fraxinus pennsylvanica)
Fraxinus pennsylvanica
© Jardin botanique de Montréal (Lise Servant)

Les arbres de début de succession forestière, qui poussent vite, profitent des feuilles composées, car elles sont plus économiques à produire que l’équivalent en rameaux et feuilles correspondants. Les arbres de climats aux étés très secs, quant à eux, sont avantagés par un rachis qui perd moins d’eau que les rameaux qu’ils remplacent. Deux problèmes différents, même solution : les feuilles composées.