Musée virtuel du Canada
Jardin botanique de Montral 
Centre d’étude de la forêt

L’azote : N pour nourrissant!

Certains arbres ne se limitent pas aux symbioses mycorhiziennes. Leurs racines forment des renflements, appelés nodosités, qui peuvent mesurer de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Ces nodosités sont peuplées de bactéries qui fixent l’azote atmosphérique en une forme organique assimilable par l’arbre. Celui-ci, directement engraissé, n’a pas à chercher l’azote organique disséminé dans le sol. En échange, comme pour les mycorhizes, l’arbre doit fournir des sucres aux bactéries symbiotiques.

Ces arbres sont particulièrement recherchés en agroforesterie (Exploitation intégrant productions agricoles et forestières.) et en sylviculture (Pratique de l'exploitation des arbres des forêts.) : ce sont des engrais vivants! La majorité de l’azote qu’ils utilisent provient directement de l’air. L’azote organique que ces arbres retournent dans le sol, par la perte de leurs feuilles par exemple, est disponible pour les autres plantes.

Photo de racines et de nodosités déterrées d'un caraganier de Sibérie (Caragana arborescens)
Caragana arborescens
© Jardin botanique de Montréal